Mythologie grecque

Mythologie grecque

La mythologie grecque a été utilisée comme un moyen d'expliquer l'environnement dans lequel l'humanité vivait, les phénomènes naturels dont elle a été témoin et le passage du temps à travers les jours, les mois et les saisons. Les mythes grecs étaient également étroitement liés à la religion et expliquaient l'origine et la vie des dieux, d'où venait l'humanité et où elle allait après la mort.

Les mythes grecs donnaient également aux gens des conseils utiles sur la meilleure façon de mener une vie heureuse. Un autre objectif des mythes était de raconter des événements historiques afin que les gens puissent maintenir le contact avec leurs ancêtres, les guerres qu'ils ont menées et les lieux qu'ils ont explorés.

La narration de mythes

Dans l'usage moderne, le terme « mythe » a peut-être des connotations négatives suggérant un manque d'authenticité et de fiabilité. Cependant, il ne faut pas supposer que les mythes étaient crus de tout cœur ni que les Grecs étaient totalement sceptiques à leur égard. Probablement, les mythes grecs, comme avec toutes les sources religieuses ou non écrites, ont été crus par certains et écartés par d'autres. Les mythes étaient certainement utilisés à des fins religieuses et éducatives mais pouvaient aussi avoir une simple fonction esthétique de divertissement. Ce qui est certain, c'est que les mythes étaient à la fois familiers et populaires dans une large partie de la société grecque à travers leur représentation commune dans l'art, qu'il s'agisse de sculptures sur des bâtiments publics ou de scènes peintes sur des poteries.

Sans alphabétisation généralisée, la transmission des mythes s'est d'abord faite oralement, probablement par des bardes minoens et mycéniens à partir du XVIIIe siècle avant notre ère. Cela permet bien sûr la possibilité qu'à chaque nouvelle narration d'un mythe particulier, il soit embelli et amélioré pour augmenter l'intérêt du public ou incorporer des événements et des préjugés locaux. Cependant, il s'agit également d'une interprétation moderne, car il est également possible que la narration de mythes suive certaines règles de présentation, et qu'un public averti n'ait peut-être pas accepté de plein gré ad hoc adaptations à un conte familier. Au fil des siècles cependant, et avec l'augmentation des contacts entre les cités-États, il est difficile d'imaginer que les histoires locales ne se soient pas mélangées avec d'autres pour créer un mythe aux origines diverses.

Le développement suivant dans la présentation des mythes fut la création de poèmes en Ionie et les célèbres poèmes d'Homère et d'Hésiode vers le 8ème siècle avant notre ère. Pour la première fois, la mythologie était présentée sous forme écrite. celui d'Homère Iliade raconte les étapes finales de la guerre de Troie - peut-être un amalgame de nombreux conflits entre les Grecs et leurs voisins orientaux à la fin de l'âge du bronze (1800-1200 avant notre ère) - et le Odyssée raconte le long voyage de retour du héros Ulysse après la guerre de Troie. d'Hésiode Théogonie donne une généalogie des dieux, et son Travaux et jours décrit la création de l'homme. Non seulement les dieux sont décrits avec des sentiments et des défauts typiquement humains, mais des héros sont également créés, souvent avec un parent divin et l'autre mortel, fournissant ainsi un lien entre l'homme et les dieux.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

La représentation principale suivante des mythes était la poterie à partir du 8ème siècle avant notre ère. Une myriade de scènes mythiques décorent des céramiques de toutes formes et fonctions et ont sûrement dû propager les mythes à un public plus large.

Les Grecs ont créé des mythes pour expliquer à peu près tous les éléments de la condition humaine.

Les mythes ont continué à être populaires à travers les siècles, et les principaux bâtiments publics tels que le Parthénon à Athènes, le temple de Zeus à Olympie et le temple d'Apollon à Delphes ont été décorés de sculptures plus grandes que nature représentant des scènes célèbres de la mythologie. Au 5ème siècle avant notre ère, les mythes ont été présentés dans le nouveau format du théâtre, en particulier dans les œuvres des trois tragédiens Eschyle, Sophocle et Euripide. Dans le même temps, à partir du 6ème siècle avant notre ère, le premier scepticisme documenté et même le rejet des mythes ont commencé avec les philosophes présocratiques qui recherchaient une explication plus scientifique des phénomènes et des événements. Enfin, au 5ème siècle avant notre ère, les premiers historiens Hérodote et Thucydide ont cherché à documenter le plus précisément possible et à enregistrer pour la postérité une vision moins subjective des événements et ainsi le sujet moderne de l'histoire est né.

Mythes grecs - Un aperçu

D'une manière générale, les Grecs imaginatifs ont créé des mythes pour expliquer à peu près tous les éléments de la condition humaine. La création du monde est expliquée à travers deux histoires où un fils usurpe la place de son père - Cronos d'Ouranos et Zeus de Cronos - se référant peut-être à la lutte éternelle qui existe entre les différentes générations et les membres de la famille. Les dieux olympiens dirigés par Zeus ont vaincu à deux reprises les sources du chaos représentées par les Titans et les Géants. Ces dieux régissent donc le destin de l'homme et interfèrent parfois directement - favorablement ou non. En effet, le point de vue selon lequel les événements ne sont pas à décider par l'homme est en outre mis en évidence par les dieux spécifiques du Destin et du Destin. Une autre explication mythologique de la nature apparemment aléatoire de la vie est le dieu aveugle Pluton qui distribue la richesse au hasard. Les dieux ont également illustré que les délits seraient punis, par exemple, Prométhée pour avoir volé le feu et l'avoir donné à l'homme. L'origine d'autres compétences telles que la médecine et la musique sont également expliquées comme des dons « divins », par exemple, Apollon transmettant à son fils Asklepios des connaissances médicinales pour le bien de l'homme. Enfin, certains concepts abstraits étaient également représentés par des dieux spécifiques, par exemple, la justice (Digue), la paix (Eirene) et la légalité (Eunomia).

Les Héros - les plus célèbres étant Hercule, Achille, Jason, Persée et Thésée, mais y compris beaucoup d'autres - ont tous des parents divins et comblent donc le fossé entre les mortels et les dieux. Ils poursuivent des aventures fantastiques et incarnent des qualités idéales telles que la persévérance, par exemple, les douze travaux d'Hercule, ou la fidélité, par exemple, Pénélope attendant fidèlement le retour d'Ulysse. Les héros ont également ajouté du prestige à une ville en étant crédités comme son fondateur, par exemple, Thésée pour Athènes, Persée pour Mycènes ou Kadmus pour Thèbes. Les héros et les événements tels que la guerre de Troie représentaient également un âge d'or passé où les hommes étaient plus grands et la vie plus facile. Les héros étaient alors des exemples auxquels aspirer, et en accomplissant de grandes actions, une certaine immortalité pouvait être atteinte, soit de manière absolue (comme dans le cas d'Hercule), soit par la commémoration dans les mythes et les traditions.

En revanche, de nombreuses figures mythologiques représentent des qualités à éviter et leurs tristes récits illustrent les dangers des mauvais comportements. Le roi Midas, par exemple, a obtenu son souhait que tout ce qu'il touchait se transforme en or, mais lorsqu'il a découvert que cela incluait de la nourriture et des boissons, son avarice a presque entraîné sa mort de faim et de soif. Le mythe de Narcisse symbolise les dangers de la vanité après que le pauvre jeune soit tombé amoureux de son propre reflet et qu'il ait perdu la volonté de vivre. Enfin, l'histoire de Crésus avertit que de vastes richesses ne peuvent garantir le bonheur lorsque le roi fabuleusement riche a mal interprété l'oracle de Delphes et a perdu son royaume au profit de la Perse.

Les phénomènes naturels ont été expliqués avec le mythe, par exemple, les tremblements de terre sont créés lorsque Poséidon écrase son trident au sol ou le passage du soleil est Hélios dans son char traversant le ciel. Des mythes tels que la descente semestrielle de Perséphone dans l'Hadès expliquaient les saisons. Le temps lui-même avait des explications mythologiques : les sept troupeaux de 350 bovins d'Hélios correspondent aux jours de l'année, les 50 filles de Sélène sont les semaines et les douze filles d'Hélios les heures.

La mythologie grecque comprend également un certain nombre de monstres et de créatures étranges tels que le cyclope borgne dans l'histoire d'Ulysse, un sanglier gigantesque dans la légendaire chasse kalydonienne, des sphinx, des serpents géants, des taureaux cracheurs de feu et plus encore. Ces créatures peuvent représenter le chaos et le manque de raison, par exemple les centaures - mi-homme et mi-cheval. Des créatures féroces et fantastiques soulignent souvent la difficulté des tâches auxquelles les héros sont assignés, par exemple, l'hydre à plusieurs têtes qui sera tuée par Hercule, la gorgone Méduse dont le regard pourrait vous transformer en pierre et que Persée a dû décapiter, ou la chimère - un mélange cracheur de feu de lion, de chèvre et de serpent - que Bellérophon a tué avec l'aide de son cheval ailé Pégase. Alternativement, ils peuvent représenter l'autre monde de certains endroits, par exemple le chien à trois têtes Kerberos qui gardait Hadès ou symbolisait simplement la faune exotique des terres lointaines visitées par les voyageurs grecs.

Peut-être que des expériences inconnues ont également été expliquées dans le mythe, par exemple, on peut imaginer qu'un Grec visitant le palais sophistiqué et aux nombreuses pièces du roi Minos à Knossos aurait pu penser qu'il s'agissait d'un labyrinthe, et du culte des taureaux et du sport du saut de taureau. pourrait être la source du Minotaure - est-ce une coïncidence s'il a été tué par l'Athénien en visite, Thésée ? L'expédition de Jason pour la Toison d'or pourrait-elle être une référence au riche or du Caucase et à une expédition grecque pour piller cette ressource ? Les Amazones représentent-elles une rencontre avec une autre culture où les femmes étaient traitées plus équitablement que dans le monde grec ? Les mythes des Sirènes et de Charybde mettent-ils en garde contre les dangers de voyager au-delà du territoire connu ?

De telles questions peuvent bien rester sans réponse, mais à partir de la découverte de Troie au 19ème siècle de notre ère, les découvertes archéologiques ont régulièrement contribué à un nombre toujours croissant de preuves physiques qui illustrent que les mythes grecs avaient une origine et un but dont ils n'étaient pas auparavant crédités. .


Mythologie

Avant la naissance d'Akhilleus, sa mère, Thétis, prévoyait qu'il aurait une vie longue et ennuyeuse ou une vie courte, mais on se souviendra de lui pour les siècles à venir. Bien sûr, Thétis a préféré la première option et elle a donc décidé de l'habiller en fille pour qu'il n'ait pas à aller se battre dans la guerre de Troie. Mais ce jour est venu et Ulysse a trompé Akhilleus en déposant de nombreux cadeaux devant les femmes du groupe. Akhilleus fut le seul à avoir ramassé l'épée, prouvant qu'il était un homme. Akhilleus a affirmé qu'il n'irait pas à la guerre, mais Agamemnon l'a persuadé de le faire. En atteignant la bataille de Troie, il était l'un des meilleurs soldats jamais vus.

Plusieurs années plus tard, Akhilleus s'est battu avec Agamemnon et a refusé de continuer à se battre. Agamemnon est devenu indigné et a pris une femme nommée Khryseis comme son esclave. Son père, Khrysès, prêtre d'Apollon, le supplia de lui rendre sa fille. Agamemnon refusa et Apollon envoya une peste sur les Grecs. Kalchas, un prophète, qui savait ce qui se passait, mais il refusa de parler à moins qu'Akhilleus ne promette de le protéger. Akhilleus a promis et il a dit que Khryseis doit être rendu à son père. Agamemnon a accepté mais a dit que le prix de bataille d'Akhilleus, Briseis, doit prendre sa place. Akhilleus s'est mis en colère contre Agamemnon et il a refusé de se battre ou de diriger des troupes avec les Grecs à nouveau.

Akhilleus a prié sa mère de demander à Zeus de transférer le pouvoir aux Troyens et Zeus a fait ce qu'on lui a demandé. La nouvelle s'est répandue à Agamemnon à ce sujet, alors il a envoyé Ulysse, Ajax et Phoenix pour offrir de rendre Briseis et d'autres cadeaux à Akhilleus. Akhilleus a refusé et a dit aux Grecs de rentrer chez eux.

Les Troyens repoussèrent l'armée grecque et attaquèrent les navires grecs sur les plages. Le cousin d'Akhilleus, Patrocle a mené les Grecs et a combattu les Troyens de la plage, mais il a été tué par Hector dans le combat. Il allait se suicider mais ses compagnons l'en empêchèrent. Thétis a ensuite demandé à Héphaïstos de lui fabriquer une nouvelle armure et elle la lui a envoyée. Akhilleus a ensuite pardonné à Agamemnon pour tout ce qu'il avait fait.

Akhilleus mena alors les Grecs de plein fouet sur les Troyens. Il en a tué beaucoup et a trop rempli une rivière de cadavres de soldats troyens. Même avec tous ces meurtres, Akhilleus voulait tuer une personne de plus, Hector. Les Troyens ont couru pour la ville mais Hector a tenu tête à Akhilleus. Les deux ont eu un grand combat mais Akhilleus a vaincu Hector. Akhilleus a ensuite attaché le corps d'Hector à son char et l'a traîné sept fois autour des murs de Troie, souillant et profanant le corps. Le père d'Hector supplia Akhilleus de récupérer son corps pour un enterrement convenable. En fin de compte payer Akhilleus une rançon pour le corps. Aphrodite a utilisé sa marque de magie pour restaurer le corps dans la forme qu'il était avant qu'Akilleus ne le profane

Paris est venu sur le terrain où se trouvait Akhilleus et lui a tiré une flèche. La flèche était guidée par Apollon et elle l'a frappé à son seul point faible - son talon.


Alors que le roi grec qui a conquis l'Asie et l'Égypte, Alexandre le Grand, était une personne réelle, les histoires sur ses exploits sont légendaires. Colin Farrell joue le rôle du jeune général et roi grec, face à Angelina Jolie dans le rôle de sa mère complice Olympias (il y a toujours une mère complice – bien que l'écart d'âge ici soit incroyable). Nous voyons l'éducation de l'homme créé et les relations qui l'ont déchiré alors qu'il conquérait le monde connu.

Basé sur la pièce du dramaturge grec Sophocle, il se déroule au lendemain de la guerre civile thébaine. Le nouveau roi de Thèbes, Créon, appelle la colère des dieux en omettant d'enterrer correctement son prédécesseur. Sa sœur Antigone l'enterre quand même, mais lorsqu'elle est découverte, elle est condamnée à mort. Irene Papas est notre héroïne.


Les dieux et déesses de la Rome antique

L'Empire romain était avant tout une civilisation polythéiste, ce qui signifiait que les gens reconnaissaient et adoraient plusieurs dieux et déesses. Les principaux dieu et déesses de la culture romaine étaient Jupiter, Junon et Minerve.

Anthropologie, Archéologie, Sciences sociales, Histoire du monde

Temple de Jupiter

Cette image montre les ruines d'un temple romain dédié au dieu Jupiter dans l'actuelle Baalbek, au Liban, qui faisait autrefois partie de l'Empire romain.

National Geographic Creative

L'Empire romain était une civilisation principalement polythéiste, ce qui signifiait que les gens reconnaissaient et adoraient plusieurs dieux et déesses. Malgré la présence de religions monothéistes au sein de l'empire, telles que le judaïsme et le christianisme primitif, les Romains honoraient plusieurs divinités. Ils croyaient que ces divinités avaient joué un rôle dans la fondation de la civilisation romaine et qu'elles aidaient à façonner les événements de la vie des gens au quotidien. Les Romains prêtaient allégeance aux dieux à la fois dans les espaces publics et dans les maisons privées. Alors que l'État romain reconnaissait les principaux dieux et déesses en décorant les bâtiments publics et les fontaines avec leurs images, les familles qui adoraient à la maison mettaient également un accent particulier sur les divinités de leur choix.

Les dieux et déesses de la culture grecque ont considérablement influencé le développement des divinités et de la mythologie romaines. En raison de la position géographique de Rome, ses citoyens ont connu des contacts fréquents avec les peuples grecs, qui avaient étendu leurs territoires à la péninsule italienne et à la Sicile. Alors que la République romaine prenait de l'importance, elle acquit ces territoires grecs, les plaçant sous l'administration de l'État romain. Les Romains ont adopté de nombreux aspects de la culture grecque, les adaptant légèrement pour répondre à leurs propres besoins. Par exemple, de nombreux dieux et déesses de la culture grecque et romaine partagent des caractéristiques similaires. Cependant, ces divinités ont été renommées et rebaptisées efficacement pour un contexte romain, possédant des noms différents de leurs homologues grecs.

Les principaux dieu et déesses de la culture romaine étaient Jupiter, Junon et Minerve. Jupiter était un dieu du ciel qui, selon les Romains, supervisait tous les aspects de la vie. On pense qu'il proviendrait du dieu grec Zeus. Jupiter s'est également concentré sur la protection de l'État romain. Les commandants militaires rendraient hommage à Jupiter dans son temple après avoir gagné la bataille.

Junon était l'épouse et la sœur de Jupiter. Elle ressemblait à la déesse grecque Héra en ce sens qu'elle gardait un œil particulièrement vigilant sur les femmes et tous les aspects de leur vie. Minerve était la déesse de la sagesse et de l'artisanat. Elle veillait sur les écoliers et les artisans tels que les menuisiers et les tailleurs de pierre. On pense que Minerve est l'équivalent de la déesse Athéna, qui était la déesse grecque de la sagesse.

D'autres dieux et déesses romains qui ont été adaptés de la culture grecque incluent Vénus, qui s'est inspiré d'Aphrodite, déesse de l'amour Neptune, un dieu de la mer qui a été inspiré par le dieu grec Poséidon Pluton, qui a régné sur le monde souterrain romain comme le dieu Hadès l'a fait dans la culture grecque. Diane, déesse romaine de la chasse qui avait son équivalent grec en Artémis et Mars, dieu de la guerre, qui a été façonnée d'après le dieu grec Ares. Tout comme les Grecs ont influencé la culture romaine, les Romains ont inspiré le développement culturel des sociétés ultérieures. Vous avez peut-être déjà remarqué que de nombreuses planètes de notre système solaire portent le nom de divinités romaines.

Rome avait certains de ses propres dieux et déesses qui ne faisaient pas remonter leurs origines à la culture grecque. Par exemple, Janus était un dieu à deux visages qui représentait l'esprit des passages tels que les portes et les portails. Considéré comme présidant aux commencements, il est normal que le mois de janvier porte le nom de Janus. Le fils de Janus était Tiberinus, le dieu du fleuve Tibre, qui traverse la ville de Rome.

Selon la mythologie romaine, les dieux ont participé à la fondation de la ville de Rome elle-même. Mars, dieu de la guerre, et une Vestale nommée Rhea Silvia étaient les parents de jumeaux, Romulus et Remus. Les vierges vestales n'étaient pas autorisées à se marier ou à avoir des enfants, mais devaient plutôt consacrer leur vie au service de Vesta, la déesse du foyer.

On dit que le roi Amulius a ordonné que les jumeaux soient jetés dans le Tibre en punition de Rhea Silvia pour avoir trahi son vœu de célibat. Heureusement, les garçons ont été sauvés de la rivière par une mère louve. Elle a aidé à les élever jusqu'à ce qu'un couple local les adopte.

En grandissant, les garçons sont devenus des membres importants de la communauté. Ils ont détrôné le roi Amulius et ont travaillé ensemble pour établir une nouvelle ville. Dans un argument ultérieur sur la ville, cependant, Romulus a tué son frère Remus. Romulus a ensuite donné son nom à la ville, l'appelant Rome (ou Rome).

La présence et l'influence des dieux et des déesses faisaient partie intégrante de la vie dans l'État romain. Les habitants de Rome ont construit des temples pour leurs dieux et observé des rituels et des festivals pour les honorer et les célébrer. Toute circonstance favorable ou défavorable de la vie romaine pouvait être attribuée à l'humeur de certains dieux, de sorte que les gens faisaient également des offrandes aux dieux en remerciement ou pour tenter d'apaiser leur colère. Contrairement à de nombreuses traditions religieuses ou spirituelles monothéistes, les dieux romains étaient considérés comme peu soucieux de la moralité du peuple romain. Au contraire, leur principale préoccupation était d'être rendu hommage à travers des rituels très spécifiques.

On peut encore reconnaître des traces des dieux et déesses romains dans les artefacts qui subsistent de l'ancienne civilisation et de l'art qui leur rend hommage. Les sculptures de Janus survivent encore et les statues de Neptune jaillissent des fontaines de la ville. Aujourd'hui, nous apprécions les histoires et la mythologie construites autour de ces divinités comme un aperçu de la vie des anciens Romains il y a plus de 2 700 ans.

Cette image montre les ruines d'un temple romain dédié au dieu Jupiter dans l'actuelle Baalbek, au Liban, qui faisait autrefois partie de l'Empire romain.


Méduse

Méduse, du moins dans certains récits, était autrefois une belle femme qui a involontairement attiré l'attention du dieu de la mer Poséidon. Lorsque le dieu a choisi de s'accoupler avec elle, ils étaient dans le temple d'Athéna. Athéna était furieuse. Comme toujours, blâmant la mortelle, elle s'est vengée en transformant Méduse en un monstre si horrible qu'un seul regard sur son visage transformerait un homme en pierre.

Même après que Persée, avec l'aide d'Athéna, ait séparé Méduse de sa tête - un acte qui a permis à ses enfants à naître, Pégase et Chrysaor, d'émerger de son corps - la tête a conservé son pouvoir mortel.

La tête de Méduse est souvent décrite comme étant couverte de serpents au lieu de cheveux. Méduse est également comptée comme l'une des Gorgones, trois filles de Phorcus. Ses sœurs sont les Gorgones immortelles : Euryale et Sthéno.

  • Métamorphoses Livre V, par Ovide - Raconte l'histoire de Méduse de la mythologie grecque. L'histoire commence au livre IV à la ligne 898.

Dieux grecs : les Olympiens

L'une des caractéristiques distinctives du mythe est l'interaction étroite entre les dieux et les mortels. Les dieux parlent avec leurs favoris mortels et interviennent en leur nom. Ils pourraient également faire de graves dommages à leurs ennemis. Ulysse, par exemple, a mis en colère le dieu de la mer Poséidon lorsqu'il a aveuglé le fils de Poséidon, le cyclope Polyphème. Poséidon a tué tous les disciples d'Ulysse et a empêché le héros lui-même de rentrer chez lui pendant dix ans. Les Grecs rassemblèrent leurs dieux les plus importants en un panthéon de douze. Toutes les listes n'ont pas les mêmes douze dieux, mais la liste ci-dessous est assez standard.

Zeus est le dieu du ciel qui utilise la foudre pour frapper ceux qui l'offensent (Figure 3.2). La théogonie d'Hésiode, qui donne la généalogie des dieux grecs, fait de lui le fils des titans Kronos et Rhéa. Cronos craignait que ses enfants ne le renversent un jour, alors à la naissance, il les prit à Rhéa et les mangea. Rhea a trompé Kronos en lui donnant une pierre enveloppée dans des couvertures, et Zeus s'est échappé. Finalement, Zeus a sauvé ses frères et sœurs et a jeté son père dans Tartaros. Il partagea les sphères du monde avec ses frères Poséidon et Hadès. Zeus a reçu le ciel, Poséidon la mer et Hadès le monde souterrain. Peu de villes revendiquaient une relation spéciale avec Zeus, comme Athènes le fait avec Athéna ou Argos avec Héra, mais le culte de Zeus était presque universel chez les Grecs. Deux des quatre Jeux panhelléniques, célébrés à intervalles réguliers et auxquels participent le monde grec tout entier, étaient dédiés à Zeus. Ce sont les Jeux Olympiques et les Jeux de Némée.

Héra la femme de Zeus représente le mariage. Dans le mythe, Héra joue le rôle de la femme jalouse, persécutant les amoureux mortels de Zeus et leur progéniture. Lorsque Zeus a couché avec Sémélé, fille de Cadmus, roi de Thèbes, Héra a conspiré pour se débarrasser d'elle. Elle persuada Sémélé de demander à voir son amant Zeus dans toute sa gloire. La vue l'a tuée. Une autre affaire de Zeus produisit Héraclès, qui passa toute sa vie face à la colère d'Héra. Les temples les plus célèbres d'Héra étaient à Argos et à Samos.

Athéna :

Athéna est une déesse civilisatrice qui est presque toujours représentée armée (figure 3.3). Dans une version de l'histoire de sa naissance, elle a été conçue dans l'esprit de Zeus. Malheureusement pour Zeus, elle s'y est retrouvée coincée, et le dieu Haephestos a dû la libérer en frappant Zeus à la tête avec une hache. Athéna est identifiable dans l'art car elle est armée. Elle porte aussi souvent un aigis, qui est une peau de chèvre généralement représentée avec la tête d'une Gorgone dessus et qui a une bordure de serpents. La vue de cela fait paniquer ses ennemis. Athéna est particulièrement vénérée à Athènes. Les Athéniens ont raconté qu'Athéna et Poséidon étaient en compétition pour être le patron de leur ville, chacun offrant un cadeau à Athènes. Le cadeau d'Athéna aux Athéniens était l'olivier, et cet arbre était sacré pour elle.

Artémis :

Artémis est la fille de Zeus et du Titan Léto, et la sœur d'Apollon. C'est une déesse vierge associée à la nature sauvage et aux animaux sauvages. Elle a veillé à la transition des femmes de la jeune fille à l'âge adulte. Elle pouvait être cruelle envers ceux qui l'offensaient. Dans un mythe, le célèbre chasseur Actaion est tombé sur Artémis alors qu'elle se baignait. La chaste déesse était en colère d'être vue nue et elle a transformé Actaion en cerf, après quoi ses propres chiens de chasse l'ont tué. À une autre occasion, elle était en colère contre Agamemnon, roi de Mycènes et chef de l'expédition grecque contre Troie. Elle refusa d'accorder un temps de navigation favorable à l'expédition à moins qu'Agamemnon ne lui sacrifie sa propre fille. Il s'est conformé. Son sanctuaire le plus célèbre était à Ephèse, en Asie Mineure (Turquie moderne). C'était l'une des sept merveilles du monde antique.

Apollon:

Apollo est le frère d'Artémis et avait diverses sphères d'intérêt. Il était musicien et jouait de la lyre. Il était célèbre comme guérisseur de maladies. Il accordait des oracles à ceux qui le demandaient. Ses deux sanctuaires les plus célèbres étaient à Delphes, où vivait une prêtresse oraculaire, et à Délos, où il est né (selon les Déliens). Tous les quatre ans à Delphes, les Jeux Pythiques honoraient Apollon. Ceux-ci étaient deuxièmes en prestige seulement à ceux d'Olympie. Apollo ne pouvait pas seulement guérir la maladie, il pouvait infliger à ceux qui le mettaient en colère. Au début de l'Iliade, Apollon a envoyé la peste affliger les Grecs car Agamemnon a capturé la fille d'un de ses prêtres et refuse de la rendre à son père. Agamemnon abandonne finalement la fille, mais en récompense, il exige qu'Achille lui livre l'une de ses propres femmes. La crise de colère qui en résulte est le point central de l'intrigue du poème.

Poséidon :

Poséidon était le dieu de la mer, des tremblements de terre et des chevaux (figure 3.4). Il reçut sa seigneurie sur la mer après la chute de Cronos, lorsque le monde fut divisé entre Zeus, Poséidon et Hadès. Dans le mythe, il est célèbre comme le persécuteur d'Ulysse. Il était vénéré dans tout le monde grec, car une grande partie de la Grèce est côtière. L'un des temples les plus célèbres se trouvait à la pointe sud de l'Attique, au cap Sounion. Les ruines du temple sont l'un des endroits les plus pittoresques de Grèce. Un autre sanctuaire célèbre se trouve près de Corinthe, à Isthmia. Des jeux en l'honneur de Poséidon étaient célébrés tous les deux ans à Isthmia.

Déméter :

Déméter était la déesse du grain et de la fertilité. Le mythe le plus célèbre la concernant est le "Viol de Perséphone". Dans ce mythe, Hadès kidnappe la fille de Déméter, Perséphone, et l'emmène aux enfers pour être sa femme. Désemparée, Demeter refuse de laisser pousser les cultures jusqu'à ce qu'elle récupère sa fille. En fin de compte, Perséphone retourne chez sa mère, mais elle est obligée de retourner à Hadès pendant trois mois chaque année. Pendant son absence, rien ne pousse sur Terre. Déméter et Perséphone étaient honorés chaque année aux mystères d'Eleusis. Des gens de toute la Grèce venaient chaque année à Eleusis pour être initiés. Les initiés étaient strictement avertis de ne pas révéler les rites secrets qui s'y déroulaient.


Les vampires à travers l'histoire

Il existe également de nombreuses histoires de vampires puissants qui ont semé la terreur dans le cœur des vivants et qui remontent à de vraies personnes. Ces monstres de la vie réelle expliquent probablement pourquoi le mythe du vampire est si populaire de nos jours.

Vlad l'Empaleur

Vlad était un homme puissant qui vivait en Valachie, mais de nos jours, il est connu pour sa brutalité féroce. Il était connu pour aimer empaler ses ennemis sur des pieux et les laisser mourir lentement. Il y a aussi des rumeurs selon lesquelles il aimait manger du pain qui avait été trempé dans le sang de ses victimes. Certaines versions de cette rumeur prétendent qu'il a mangé du pain trempé dans le sang d'ennemis encore en train de mourir et l'a mangé en les regardant prendre leur dernier souffle.

Comtesse Elizabeth Bathory

Comtesse Elizabeth Bathory

Alors que beaucoup supposeraient qu'une comtesse serait douce et bien cultivée, la comtesse Elizabeth Bathory s'est avérée être l'exception. Elle est née en Hongrie en 1560 et est décédée en 1614. Au cours de ses années de vie, elle était connue pour avoir littéralement le sang de nombreuses victimes sur ses mains. Elle était connue pour se faire amener ses ennemis pour qu'elle puisse mordre leur chair, peut-être comme une forme de torture. Plus tard, elle se baignerait dans leur sang, soi-disant comme un soin de beauté.


Contenu

Olympiens Modifier

Les dieux principaux et les plus importants étaient les douze Olympiens. La demeure de ces dieux se trouve au sommet du mont Olympe. Il y avait quelques variations quant aux divinités incluses dans les Douze. [3] Ainsi, la liste ci-dessous en compte quatorze. Il comprend tous ceux qui sont communément nommés comme l'un des Douze dans l'art et la poésie. Dionysos était un ajout ultérieur dans certaines descriptions, il a remplacé Hestia. Hadès n'est généralement pas inclus parmi les Olympiens, car sa maison était le monde souterrain. Certains écrivains, cependant, comme Platon, l'ont nommé comme l'un des Douze. [4] [5]

Déesse de l'amour, de la beauté et du désir. Elle était mariée à Héphaïstos, mais elle avait de nombreux amants, dont Arès, Adonis et Anchise. Elle était représentée comme une belle femme et souvent nue. Ses symboles incluent des roses et d'autres fleurs, la coquille Saint-Jacques et la couronne de myrte. Ses animaux sacrés sont les colombes et les moineaux. La version romaine d'Aphrodite était Vénus.

Image: Aphrodite cnidienne, œuvre romaine d'après un original de Praxitèle

Dieu de la lumière, de la guérison, de la musique, de la poésie, de la peste, de la prophétie et plus encore. Il est le fils de Zeus et de Léto, et le frère jumeau d'Artémis. Apollo était associé au Soleil tandis qu'Artémis était la Lune. Les deux utilisent un arc et des flèches. Dans les premiers mythes, Apollon se bat avec son demi-frère Hermès. En sculpture, Apollon était représenté comme un beau jeune homme aux cheveux longs et au physique parfait. Ses attributs incluent la couronne de laurier et la lyre. Il apparaît souvent en compagnie des Muses. Les animaux sacrés pour Apollo comprennent les chevreuils, les cygnes, les cigales, les faucons, les corbeaux, les corbeaux, les renards, les souris et les serpents.

Image: Apollon tenant une lyre et versant une libation, sur un gobelet d'une tombe de Delphes

Dieu de la guerre et de l'effusion de sang. Il était le fils de Zeus et d'Héra. Il était représenté comme un jeune homme, soit nu avec un casque et une lance ou une épée, soit comme un guerrier armé. Ares représente généralement le chaos de la guerre contrairement à Athéna, qui représentait la stratégie et l'habileté. Les animaux sacrés d'Arès sont le vautour, les serpents venimeux, les chiens et les sangliers. La version romaine d'Arès est Mars.

Image: Tête romaine en marbre du dieu de la guerre, inspirée d'un original grec en bronze

Déesse de la chasse, de la nature sauvage, des animaux et de l'accouchement. Plus tard, elle est devenue associée à la Lune. Elle est la fille de Zeus et de Léto et la sœur jumelle d'Apollon. Elle est représentée comme une jeune femme vierge. Dans l'art, elle est souvent représentée tenant un arc de chasse et des flèches. Ses attributs incluent des lances de chasse, des fourrures d'animaux, des cerfs et d'autres animaux sauvages. Ses animaux sacrés sont les cerfs, les ours et les sangliers. La version romaine d'Artémis est Diana.

Image: Artemis attrapant une flèche (manquante) de son carquois, avec un chien de chasse

Déesse de la sagesse et de l'habileté, de la guerre et de la tactique. Selon la plupart des traditions, elle est née de la tête de Zeus entièrement formée et portant une armure. Elle était représentée avec un casque, tenant un bouclier et une lance, et portant l'égide sur une longue robe. Les poètes la décrivent comme ayant des yeux très brillants et vifs. Elle était une patronne spéciale de héros tels qu'Ulysse. Elle était également la patronne de la ville d'Athènes (qui porte son nom). Née de la tête de Zeus (son père) et sa mère est Métis, la première épouse de Zeus. Son symbole est l'olivier. Elle est souvent représentée à côté de son animal sacré, la chouette. La version romaine d'Athéna est Minerve.

Image: Athéna sur une coupe à figures rouges, datant de 500-490 avant notre ère

Déesse de l'agriculture, de la récolte et de la fertilité. Déméter est une fille de Cronos et Rhéa. Son frère est Zeus, avec qui elle a eu Perséphone. Elle était l'une des principales divinités des mystères d'Eleusis. Elle était représentée comme une femme plus âgée, portant souvent une couronne et tenant des bottes de blé. Ses symboles sont la corne d'abondance, les épis de blé, le serpent ailé et le bâton de lotus. Ses animaux sacrés sont les cochons et les serpents. La version romaine de Déméter est Cérès.

Image: Demeter, sitting down, on a relief from Turkey

God of wine, parties and festivals, madness and ecstasy. He was depicted in art as either an older man with a beard or a pretty young man with long hair. His attributes include the thyrsus (a pinecone-tipped staff), drinking cup, grape vine, and a crown of ivy. He is often shown with his thiasos, a group of followers that includes satyrs, maenads, and his teacher Silenus. The consort of Dionysus was Ariadne. Animals sacred to him include dolphins, snakes and donkeys. Dionysus was a later addition to the Olympians in some descriptions, he replaced Hestia. "Bacchus" was another name for him in Greek, and this was used by the Romans for their version of the god.

Image: Dionysus sitting on a leopard

King of the underworld and god of the dead. His consort is Persephone. His attributes are the cornucopia, key, sceptre, and the three-headed dog Cerberus. The owl was sacred to him. He was one of three sons of Cronus and Rhea, and therefore was ruler of one of the three realms of the universe, the underworld. He is not very often included as one of the Olympians, however. In Athenian literature, "Ploutōn" ( Πλούτων ) was his preferred name, while "Hades" was more common as a name for the underworld. The Romans translated "Ploutōn" as Pluto, the name for their version of Hades.

Image: Hades lying down, holding a giant drinking horn and offering a bowl to Persephone

God of fire, metalworking and crafts. He was the son of Hera by parthenogenesis. He is the smith of the gods and the husband of Aphrodite. He was usually depicted as a bearded man with hammer, tongs and anvil—the tools of a smith—and sometimes riding a donkey. His sacred animals are the donkey, the guard dog and the crane. One of his many creations was the armour of Achilles. Hephaestus used fire to create things. The Roman version, however, Vulcan, was feared for his destructive power he was associated with volcanoes.

Image: Thetis receives the armour made for her son Achilles by Hephaestus

Queen of the heavens and goddess of marriage, women and birth. She is the wife of Zeus and daughter of Cronus and Rhea. She was usually depicted as a regal woman, wearing a crown and veil and holding a lotus-tipped staff. Although she was the goddess of marriage, Zeus's many affairs drive her to jealousy and anger. Her sacred animals are the heifer, the peacock and the cuckoo. The Roman version of Hera is Juno.

Image: Bust of Hera wearing a crown

God of travel, animal husbandry, writing, trade, and more. He is the son of Zeus and Maia, Hermes is the messenger of the gods. He also leads the souls of the dead into the afterlife. He was depicted either as a handsome and fit young man, or as an older bearded man. He was often shown wearing sandals with small wings on them. His sacred animals are the tortoise, the ram and the hawk. The Roman version of Hermes was Mercury.

Image: Hermes holding his caduceus and wearing a cloak and hat for travel

Goddess of the hearth, home and chastity. She was described as a virgin. She is a daughter of Rhea and Cronus, and sister of Zeus. She could not often be identified in Greek art. She appeared as a veiled woman. Her symbols are the hearth and kettle. In some descriptions, she gave up her seat as one of the Twelve Olympians to Dionysus, and she plays a minor role in Greek myths. The Roman version of Hestia, however, Vesta, was a major goddess in Roman culture.

Image: Hestia from a relief depicting all twelve Olympians in procession

God of the sea, rivers, floods, droughts, earthquakes, and the creator of horses. He is a son of Cronus and Rhea, and brother to Zeus and Hades. He rules one of the three realms of the universe as king of the sea and the waters. In classical artwork, he was depicted as an older man with a very large beard, and holding a trident. The horse and the dolphin are sacred to him. His wife is Amphitrite. The Roman version of Poseidon was Neptune.

Image: Sculpture of Poseidon, from the National Archaeological Museum of Athens

King of the gods, and ruler of Mount Olympus. He is the god of the sky, thunder and lightning, law and order, and fate. He is the youngest son of Cronus and Rhea. He overthrew his father and took the throne of heaven for himself. In artwork, he was depicted as a regal, older man with a dark beard. His usual attributes are the royal sceptre and the lightning bolt. His sacred animals are the eagle and the bull. The Roman version of Zeus, Jupiter, was also the main god of the Romans.

Image: Coin made under Alexander the Great showing Zeus on his throne holding a sceptre and eagle.

Primordial deities Edit

The primordial deities are the first beings that existed. They are what makes up the universe. All other gods descend from them. The first among them is usually said to be Chaos. Chaos is the nothingness from which all of the others were made. These gods are usually depicted as a place or a realm. Tartarus, for example, is depicted as the deepest pit in the underworld. His brother Erebus is also depicted as a place of darkness, or the emptiness of space. Gaia is depicted as nature or the Earth. Pontus is depicted as the oceans, lakes, and rivers. Chronos is depicted as time.

Ancient Greek name English name La description
Αἰθήρ (Aithḗr) Aether The god of the upper air and light.
Ἀνάγκη (Anánkē) Ananke The goddess of inevitability, compulsion and need.
Χάος (Cháos) Chaos The nothingness from which everything else came. Described as a void. [6]
Χρόνος (Chrónos) Chronos The titan of time. Not to be confused with the Titan Cronus, the father of Zeus.
Ἔρεβος (Érebos) Erebus The god of darkness and shadow.
Ἔρως (Éros) Éros The god of love. The Roman version of Eros was Cupid.
Γαῖα (Gaîa) Gaia Goddess of the Earth (Mother Earth) mother of the Titans.
Ἡμέρα (Hēméra) Hemera Goddess of daylight.
Ὕπνος ("Hypnos") Hypnos God of sleep.
Nῆσοι (Nē̂soi) The Nesoi The goddesses of islands and the sea.
Νύξ (Nýx) Nyx The goddess of the night.
Οὐρανός (Ouranós) Uranus The god of the heavens (Father Sky) father of the Titans.
Οὔρεα (Oúrea) The Ourea The gods of mountains.
Φάνης (Phánēs) Phanes The god of procreation.
Πόντος (Póntos) Pont The god of the sea, father of the fish and other sea creatures.
Τάρταρος (Tártaros) Tartare God of the deepest, darkest part of the underworld (which is itself also referred to as Tartarus).
Θάλασσα (Thálassa) Thalassa Spirit of the sea and consort of Pontos.
Θάνατος ("Thánatos") Thanatos God of death. Brother to Hypnos (sleep) and in some myths Moros (doom).

Titans Edit

The Titans are the older kind of gods in Greek mythology. The original Twelve Titans were children of Gaia (Mother Earth) and Uranus (Father Sky). [7] Their leader was Cronus, who overthrew his father Uranus and became ruler of the gods. Cronus' consort was his sister Rhea. Their children were Zeus, Hades, Poseidon, Hera, Demeter and Hestia. Cronus and the Titans were overthrown by Zeus, his youngest son. They fought a war called the Titanomachy. The Titans are depicted in Greek art less often than the Olympians.

Greek name English name La description
The Twelve Titans
Ὑπερίων (Hyperíōn) Hyperion Titan of light. With Theia, he is the father of Helios (the sun), Selene (the moon), and Eos (the dawn).
Ἰαπετός (Iapetós) Iapetus Titan of mortality and father of Prometheus, Epimetheus, Menoetius and Atlas.
Κοῖος (Koîos) Coeus Titan of intelligence and the axis of heaven.
Κρεῖος (Kreîos) Crius Titan God of heavenly constellations and in charge of ordering the measures of the year.Father of Astraeus, Pallas and Perses. Not much is known about him. [8]
Κρόνος (Crónos) Kronos The leader of the Titans, who overthrew his father Uranus. He was later overthrown by his own son, Zeus. Not to be confused with Chronos, the god of time.
Mνημοσύνη (Mnēmosýnē) Mnemosyne Titan of memory, and mother of the Nine Muses.
Ὠκεανός (Ōceanós) Oceanus Titan of the ocean, the great river that flows around the earth.
Φοίβη (Phoíbē) Phoebe Titan of prophecy, and consort of Coeus.
Ῥέα (Rhéa) Rhéa Titan of fertility and mothers. She is the sister and consort of Cronus, and mother of Zeus, Hades, Poseidon, Hera, Demeter and Hestia.
Τηθύς (Tēthýs) Téthys Wife of Oceanus, and the mother of the rivers, fountains and clouds.
Θεία (Theía) Theia Titan of sight and the light of the sky. She is the consort of Hyperion, and mother of Helios, Selene and Eos.
Θέμις (Thémis) Thémis Titan of divine law and order.
Other Titans
Ἀστερία (Astería) Asteria Titan of oracles and falling stars.
Ἀστραῖος (Astraîos) Astraeus Titan of dusk, stars and planets and the art of astrology.
Ἄτλας (Átlas) Atlas Titan who was forced to carry the sky upon his shoulders by Zeus. Son of Iapetus.
Αὔρα (Aúra) Aura Titan of the breeze and the air of early morning.
Διώνη (Diṓnē) Dioné Titan of the oracle of Dodona.
Ἠώς (Ēṓs) Éos Titan of the dawn.
Ἐπιμηθεύς (Epimētheús) Epimetheus Titan of afterthought and excuses.
Εὐρυβία (Eurybía) Eurybia Titan of the seas and consort of Crius.
Εὐρυνόμη (Eurynómē) Eurynome Titan of pastures, and mother of the three Charites by Zeus.
Ἥλιος (Hḗlios) Hélios Titan of the sun and guardian of oaths.
Κλυμένη (Clyménē) Asie Or Clymene. Titan of fame and infamy, and wife of Iapetos.
Λήλαντος (Lēlantos) Lelantos Titan of air and hunters.
Λητώ (Lētṓ) Léto Titan of motherhood and mother of the twins Artemis and Apollo.
Μενοίτιος (Menoítios) Menoetius Titan of anger, rash action and mortality. Killed by Zeus.
Μῆτις ( Mē̂tis ) Métis Titan of wisdom, advice and cunning.
Ὀφίων (Ophíōn) Ophion An elder Titan. In some versions of the myth he ruled the Earth with his consort Eurynome before Cronus overthrew him. Another account describes him as a snake.
Πάλλας (Pállas) Pallas Titan of war. He was killed by Athena during the Titanomachy.
Πέρσης (Pérsēs) Perses Titan of destruction and peace.
Προμηθεύς (Promētheús) Prométhée Titan of forethought and craftiness. Creator of humans.
Σελήνη (Selḗnē) Selene Titan of the moon.
Στύξ (Stýx) Styx Titan of the river Styx in the underworld. Personification of hatred.

Giants Edit

The Giants ( Γίγαντες , Gigantes) were the children of Gaia. She was fertilised by the blood of Uranus, after Uranus was castrated by his son Cronus. After the Titans' lost their war against the Olympians, Gaia made the Giants rise up against the Olympians to restore the Titans' rule. The Olympians got help from the hero Heracles to stop the Giants. This war was the Gigantomachy. [9]


Mythologie grecque

Today’s students of Greek mythology seem to find more interest in the age of gods, however, the Greek writers, philosophers, and everyday people of the archaic and classical eras had a clear preference for the age of heroes, establishing a chronology and record of human accomplishments after the questions of how the world came into being were explained.

Par exemple, Homer’s epic poems Iliad and Odyssey dwarfed the divine-focused Théogonie in both size and popularity. Under the influence of Homer the “hero cult” led to a restructuring in the spiritual life of ancient Greeks, expressed in the separation of the realm of the gods from the realm of the dead (heroes). Hesiod, in his work “Work and Days” talks about the Four Ages of Man (or Races): Golden, Silver, Bronze, and Iron. These races or ages are separate creations of the gods, the Golden Age belonging to the time when Cronos ruled the world. The rest of the races are the creation of Zeus. The presence of evil in our world was explained by the myth of Pandora, when all of the best of human capabilities, except of hope, had been spilled out of her overturned jar.

Although ancient Greeks had no official church organization, they universally honored certain holy places. Delphes, for example, was a holy site dedicated to Apollo. A temple built at Delphi contained an oracle (prophet), whom travelers questioned about the future. A group of priests represented each of the holy sites. These priests, who also might be community officials, interpreted the words of the gods but did not possess any special knowledge or power. In addition to prayers, the Greeks often offered sacrifices to the gods, most often of a domestic animal such as a goat.

The Greek religion is quite different from today’s dominant religions because in it there is no orthodoxy, et no one deity to depend upon. So more responsibility is left to the individual. It is a religion for adults, which offers responsibilities rather than rewards. Il est a religion that encourages questioning of the gods, and the oracles, because such questioning helps lead to a better understanding of human limitations.

Greek mythological stories of gods and heroes are still important and relevant today. Greek mythology has profoundly influenced Western culture. The stories of the Greek mythology are so universally familiar that many words and sayings we use to this day refer to them. For example, the myth of Narcissus produced the word narcissism, or excessive vanity, and something that causes an argument may be called an “apple of discord,” after an apple that Eris (the goddess of chaos, strife, and discord) used to start a dispute among Athena, Aphrodite, and Hera (the golden apple of discord).

We also refer to Greek myths when we talk about “opening Pandora’s box” or about someone’s “Achilles’ heel”. Any modern person who reads or hears of Greek myths will be hard-pressed to stay unaffected. They are simply that good and this proves just how relevant they still are to this day.


Back in Ancient Greek times there was
A strange thing called a “sacrifice.”
To keep the gods in a good mood
The humans had to pay a price.

The gods were arguing one day
What exactly should that price be?
They argued and argued for hours
But they could not agree.

“I know who we should ask for help,”
Declared the mighty Zeus,
“The one who created humans,
Bring me Prometheus.”

So Prometheus was sent for
And he came straight away.
Then Zeus asked him what he believed
Should be the price to pay.

Prometheus loved the humans,
He was their maker after all,
So he decided to trick Zeus
Into making it really small.

He showed two bags, one big, one small,
And gave Zeus the choice of the two.
Of course Zeus chose the bigger one
As Prometheus knew he’d do.

So Zeus was very disappointed
When Prometheus showed him that
The little one held all the meat,
The big one, bones and fat.

But Zeus soon realized he’d been tricked
And he was very cross.
He thought that it was time to show
Prometheus who’s boss.

 “So let the humans have their meat,”
Zeus held up his fist and shook it,
“I won’t let them have fire so
They won’t be able to cook it!”

Prometheus was not impressed
At this childish display of spite,
And he decided that he would
Stand up for what was right.

He climbed a mountain, lit a torch
From the chariot of Apollo,
Then took the flame and gave it to
The humans down below.

Zeus was furious when he saw
That he had refused to obey.
He decided to punish him
In an extremely nasty way.

Prometheus, chained to a rock,
As punishment for his crime,
Heard Zeus decree this punishment
Would last until the end of time.

To make his torment even worse
Each day an eagle would attack,
And peck out his liver, but then,
Each night it would grow back.

Well, no, not quite the end in fact,
There’s a little more to report.
There’s a little more to the tale,
A happy ending, of a sort.

Prometheus was not chained up
For all eternity.
You see, one day, great Heracles,
The hero, set him free.


Voir la vidéo: Mythologie #4, les grands mythes: Psyché, Persée et le Tartare. ARTE